L’entretien d’information préalable pour ce bilan de compétences, hors temps de travail, financé par l’ANFH s’est déroulé dans les locaux de Weeziu, à Toulon, le 27 Mai 2013.

Le contexte de la demande

Dans le cadre de ce premier entretien de prise de contact avant d’engager un bilan de compétences, Madame B. nous fait part de sa situation professionnelle : Aide soignante depuis 7 ans au Centre Hospitalier Kivousoigne à proximité de Marseille, à la suite d’une première reconversion professionnelle, elle doit faire face à la nécessité de réorienter sa carrière une seconde fois et envisager une nouvelle reconversion. En effet, un accident scooter des mers au cours de l’été précédent 2012 est venu impacter ses capacités physiques, notamment sa mobilité dorsale. Les nombreuses manipulations de patients, impératives pour les soins ne lui sont plus possibles et la densité des tâches accentue la fatigue et la douleur ressentie. Elle est actuellement en mi temps thérapeutique depuis 3 mois.

En outre, elle fait état d’une certaine déception quant au métier d’aide soignante, pour lequel elle avait opté par gout pour les relations humaines et notamment l’aide aux personnes. En effet, la pression constante de l’encadrement et de la charge de travail, les conditions physiques d’exercice du métier ainsi que l’ambiance de travail se trouvent éloignés de ce qu’elle avait escompté : elle ressent une forte dissonance cognitive entre les valeurs qu’elle porte et les conditions dans lesquelles elle exécute les missions d’aide aux patients.

Le parcours de Madame B.

En 1993, après un CAP/BEP de secrétariat, quelques années d’intérim en maison de retraite où elle effectuait des missions d’agent de service, elle intègre l’entreprise Biotech Inc., industriel du secteur de la pharmacie. Le travail en salle blanche lui ouvrira par la suite les portes de Chipessette SAS, étoile montant

e de l’industrie de la carte à puce et du semi conducteur, où elle évoluera entre 1999 et 2004 d’un poste opératrice au contrôle qualité. En 2004, elle prend le bénéfice d’un plan de départ volontaire et réussit le concours d’entrée en formation d’Aide Soignante. A l’obtention du DEAS, elle intègre le Centre Hospitalier Kivousoigne.

Au cours de l’entretien, elle précise qu’elle souhaite réaliser son bilan de compétences hors temps de travail, à proximité de Toulon, pour ne pas pénaliser son équipe…

…et vous, que feriez vous dans cette situation ?

Bilan de compétences Toulon
Bilan de compétences Toulon

Aujourd’hui, elle a l’impression de stagner et de manquer de challenge dans le quotidien, ce qui l’amène à un fort sentiment de régression, face à un public exigeant et en forte attente. D’autre part, elle manque de perspectives d’évolution, tant en termes de responsabilités qu’en termes de salaire.

Bilan de compétences Toulon

S’il qualifie sa situation matérielle de très confortable, dans ce contexte, Monsieur G. fait état du manque de soutien de son management voire d’une situation relationnelle qu’il qualifie de médiocre, en dépit de résultats positifs sur sa mission de développement des appels d’offres hospitaliers, un manque tel, voir des comportements qui le conduisent à envisager un changement significatif d’orientation professionnelle.

Après ces 13 années d’implication dans son métier d’agent de service hospitalier, elle souhaite réaliser un bilan de compétences afin de trouver une nouvelle orientation professionnelle : une forme de lassitude s’est installée laquelle est amplifiée par le contexte de restructuration de la clinique qui l’emploie.

Bilan de compétences toulon

Madame P. apparait lasse et fatiguée quand elle évoque les motivations qui l’ont conduite dans nos locaux.

Madame P. est pourtant une compétitrice de premier plan

Bilan de compétences toulon

Au moment où il prend contact avec Weeziu ce 22 Janvier, Monsieur K. vient d’entrer en négociation avec son employeur, le groupe Copperfield SA dans la perspective d’obtenir une rupture conventionnelle

Bilan de compétences Toulon

La pression constante de l’encadrement et de la charge de travail, les conditions physiques d’exercice du métier ainsi que l’ambiance de travail se trouvent éloignés de ce qu’elle avait escompté : elle ressent une forte dissonance cognitive entre les valeurs qu’elle porte et les conditions dans lesquelles elle exécute les missions d’aide aux patients.